« Attends, je te parle » Création musicale autour de la lecture de Marjorie Blériot

« Attends, je te parle » Création musicale autour de la lecture de Marjorie Blériot

Avec Marjorie Blériot, nous venons de passer une très belle semaine créative en résidence à la Salle Guy Ropartz de Rennes, sous le regard de Morien Nolot (mise en scène) et l’objectif de Greg Bouchet (photos).

Une semaine pour créer un format tout terrain du texte de Marjorie « attends, je te parle, une fiction de la vie réelle » …
avec des musiques composées à la guitare électrique, au ukulélé et au pianet (et oui, ça faisait longtemps que je ne l’avais pas sorti).

«Depuis le départ, j’ai eu envie de permettre à mon texte Attends je te parle d’exister hors les murs, une forme nomade. Dans une volonté d’être au plus proche des publics et de jouer dans des endroits où la culture peut paraître moins accessible.Aller vers les gens quand ils n’ont pas la possibilité de venir vers nous, c’est aussi la place de l’artiste. » Marjorie Blériot

Ce texte, Marjorie l’a écrit à partir de collectes de paroles d’adultes ayant eu une enfance avec des parents alcooliques.

Les musiques composées pour l’occasion sont nées d’échanges avec Marjorie sur sa volonté de ne pas faire de lien direct avec le texte mais que celles-ci racontent leur propre histoire et amènent de nouvelles sensations. Très épurée pour laisser toute sa place au texte, ces musiques alternent boucles rythmiques, nappes et mélodies qui reviennent détournées/revisitées à chaque fois en fonction de l’émotion recherchée. On chante même du Michel Fugain, cette lecture musicale a tout d’une belle histoire !

 

Mais pour revenir aux propos et intentions du texte, voici quelques mots de Marjorie:

“Je suis profondément touchée et effrayée par cette innocence fragile de l’enfance. Fascinée par l’être humain et cette force qui fait que l’on survit, que l’on dépasse, je me questionne sur cette capacité à garder une enfance,
quand on a la charge de son propre parent, quand les rôles s’inversent.

Qu’est-ce qui rejaillit ?
Comment est-on éclaboussé par la maladie de son proche ? Qu’est-ce qu’il en reste à l’âge adulte ?
Comment se construire et trouver la paix avec sa propre histoire ? Qu’est-ce qu’on transmet lorsqu’on devient parent à son tour ?

Au travers de cette thématique de l’alcoolisme, je veux surtout aborder la place, celle qu’on occupe, celle qu’on prend,
celle qu’on vous donne au sein d’une famille.

Quand on a vécu une enfance au sein d’une famille où l’un des parents (voire les deux) est défaillant, est-on à fleur de peau ? En colère ? Blindé ? Blasé ? Tout à la fois ?

Et puis il y a la dépendance… la dépendance à l’alcool que je projette, moi, dans la dépendance affective. La naissance de mon premier enfant a représenté pour moi la perte d’une liberté, liberté d’esprit. Une prise de conscience du fait que je ne serai plus jamais sereine, toujours dans l’angoisse que tout aille bien pour mon enfant.
La dépendance affective, elle est là.

C’est dans toutes ces questions que je fouille pour extraire l’essence de mon texte. Je cherche à les aborder sans jugement mais en y apportant, un point de vue, ma sensibilité et mon esthétique… ” Marjorie Blériot

La suite de ces nouvelles aventures dès début-2019!

No Comments

Post A Comment